•  

     


    votre commentaire
  • Pour ceux ou celles qui aime mon blog et souhaites devenir partenaires avec moi mettez un commentaire avec votre bouton avec son lien , si je vous ajoute vous m'ajouter sinon ... 

     


    13 commentaires
  • Les geishas sont des artistes professionnelles : la connaissance des arts traditionnels, une repartie verbale brillante et la capacité de garder un secret leur permettent de gagner le respect et parfois l'amour de leur client nantis, et souvent influents. Cette profession, qui remonte au XVIIe siècle, est actuellement en déclin. Elle est ternie par les activités d'hotesses offrant des services sexuels plutôt classiques. La fière geisha de Kyoto préfère être appelée geiko (enfant des arts). Moins confirmée, que sa "soeur". la maiko, apprentie geisha, n'existe qu'a Kyoto. Il existe quatre enclaves de ces artistes : Gion-kohu, Pontocho, Miyagawacho et Kamishichi-ken ; des spectacles de danse y sont organisés au printemps et â l'automne ; en dehors de ces manifestations, on ne peut admirer l'art des geishas qu'en privé, dans un ryotel une ochaya ou un ryokan (restaurant, maison de thé ou auberge).

    Le costume de maiko

    L'art des geishas n'est enseigné qu'à Kyoto. Les jeunes femmes portent une coiffure distinctive et un costume particulier - un long obi (large ceinture) aux extrémités pendantes, de grandes socques (koppori). et un sous-kimono au col brodé. Lorsqu'elles deviennent des geiko a part entière, elles échangent leur col brodé pour un col blanc.


    Shamisen



    Shamisen, instrument de musique Le monde des geishas vit au rythme du shamisen, instrument à trois cordes originaire d'okinawa. Les geishas qui ne sont pas dans la danse jouent du shamisen ou d'un autre instrument. Les talents de geishas confirmées inscitent l'admiration.


    Umegiku

    Umegiku geisha avec son eventail

    Maintient et tenue parfaits caractérisent Umegiku de kamishichi-ken qui éxecute ses figures de danse à l'aide d'un éventail lors d'occasions plus formelles elle peint son visage.

    Obi



    Obi ceinture épaisse porté à la taille par les geishas, les geiko et maiko. Elle permet de tenir le kimono, la plupart des obi sont faits de soie. La ceinture épaisse se noue dans le dos, le noeud montre l'age et le 'rang' de la geisha. Les noeuds du obi et le kimono de la geisha sont difficile à mettre. Les ceintures obi ainsi que le kimono sont de tailles unique et demande donc une grande dextérité pour pouvoir les retrousser a sa guise (selon la taille de la geisha).

    Pontocho



    Pontocho abrite nombre d'ochaya (maison de thé) ou les artistes sont réservées par des clients prestigieux à qui elles consacrent leurs différents arts.


    8 commentaires
  • VDM

    Vie de merde de lycéens et de collégiens !!!

    Photo : Le thug 
	</div><br /><a href= 2 commentaires

  • L'origami formé du verbe plier en japonais (oru) et du mot papier (kami) est l'art japonais du pliage de papier. Vieux de plus de 1000 ans l'origami fut tout d'abord un simple divertissement pour l'empereur du Japon.
    Au fil du temps cet art ce répandi à l'intérieur de tout le Japon. Il fascine maintenant le monde entier, mais c'est au Japon que les plus grands maîtres s'exercent, travaillant avec une grande dextérité les formes et les volumes. Il est possible de construire sans aucun autre accessoire que du papiers (décoratif ou pas), des animaux, des masques, des formes géométriques ou autres éléments de décorations. Quel plaisir de voir transformé une simple feuille de papier, en un élément prenant vie au fil du pliage.L'origami demande de la concentration de la précision et de l'imagination il exerce l'agilité des doigts.

    Au départ l'origami servait surement dans les cérémonies à décorer les tables.
    Il pouvait mettre en valeur certain plats grace à cette décoration. Les premières représentations origamique, formait des divinités shintoïste.

    La plus symbolique des représentations origamique est la grue. La légende Japonaise dit que si l'on plie 1000 grues en papier on voit son voeux exaucé. Une jeune japonaise atteinte de leucémie (suite à l'explosion d'Hiroshima), décide de plier mille grues pour pouvoir guérir de sa maladit incurrable. Elle mourru avant de finir ce qu'elle avait entrepris. Ses amis et camarades de classe ont achevé sa tache. Depuis cela il est entré dans les moeurs de plié mille grues lorsqu'un proche est griavement malade.

    Maintenant, au Japon la grue pliée est un emblème de santé et de longévité.

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique